Accueil Webzine Agenda Liens Forum Galerie Les réponses à vos questions… Le CRIJ et le réseau d'information jeunesse…
Le CRIJ et ses partenaires
 
Réseau IJ
Santé
Législation
Etudes/ formations/ métiers
Sport
Environnement
Vacances/ voyage
Loisirs et culture
International
Emploi/ jobs/ stages
Arts plastiques
Informatique
Vie pratique
Médias
Cinéma
Musique
Photographie
Théâtre
Danse
Expositions
Bande dessinée
Prix/ bourses/ aides aux projets
Sciences
WebTV
Picardie en ligne
Développement durable
Economie solidaire
Usages 2.0
Picardie en ligne
Institutions/Citoyenneté
Europe
Création d'entreprise
Hébergement
 
 
Prix/ bourses/ aides aux projets
UNE NOUVELLE BOURSE AU BENEVOLAT LE 24 NOVEMBRE A AMIENS.
Pour toutes celles et tous ceux qui ont un peu de temps libre à partager.

Chaque année, France Bénévolat Somme sensibilise des centaines de personnes à l’intérêt d’un engagement associatif bénévole.
Que vous soyez étudiant, demandeur d’emploi, actif ou non, retraité, les bourses au bénévolat sont l’occasion de découvrir les multiples missions proposées par les associations partenaires de France Bénévolat Somme.
8 conseillers de FBS seront toute la journée à disposition des personnes intéressées pour les écouter, comprendre leurs attentes et étudier avec elles les missions les plus adaptées.
Avec plus de 180 propositions, cette bourse est une réponse concrète à celles et ceux qui cherchent à donner un sens à leur vie en allant à la rencontre des autres.
La dernière bourse au bénévolat de l’année 2011 se tiendra le jeudi 24 novembre de 10h à 19h dans les salles 1 et 2 de l’espace Dewailly à Amiens.

Prix/ bourses/ aides aux projets
Bourse de voyage Zellidja
L'association Zellidja en appui de la Fondation Zellidja (sous l'égide de la Fondation de France) permet aux jeunes de 16 à 20 ans de compléter leur formation scolaire par un voyage financé par une bourse pouvant aller jusqu'à 900 euros.

Le boursier doit partir seul dans le pays de son choix (en France ou à l'étranger) pour une durée minimale d'un mois, construire un projet de voyage sur un thème totalement libre, associé à un budget, et remettre à son retour un rapport d'enquête, un journal de route et un carnet de comptes.

Projets à soumettre avant le 31 janvier sur www.zellidja.com
L'association Zellidja est agréée par le Ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse et de la Vie Associative.
Laksana Hétroy
Association Zellidja
60, rue Regnault
75013 Paris
tel/fax. 01 40 21 75 32
info@zellidja.com

Europe
L'Actualité européenne

Présidence polonaise.

Du 1er juillet au 31 décembre 2011, la Pologne assure la Présidence tournante de l'Union européenne pour la première fois de son histoire. A tour de rôle, les Etats membres prennent effectivement la présidence du Conseil leur permettant ainsi d'avoir un impact sur l'évolution de l'Union.

Etudes/ formations/ métiers
Nouveau diplôme à l'ESAD
Depuis septembre 2010, l'école supérieure d'art et de design d'Amiens propose un diplôme national d'arts plastiques (DNAP) option art, images animées.

Les prochaines sessions de présélection
(pour l’année scolaire 2011-2012) auront
lieu les 13 et 14 mai 2011 et les sessions
d’admission auront lieu les 20 et 21 mai
2011. Date limite d’inscription : 15 avril
2011.

A noter : le DNSEP Art, images animées de-
vrait ouvrir en septembre 2013.
Source : Onisep

 
Réflexe > Archives loisirs/culture > Bande dessinée : Jean Dufaux

Dans la mesure où il prend tout autant soin de la musicalité des textes que de la cohérence et de l'intérêt des intrigues, Jean Dufaux est l'un des rares scénaristes dont le nom pourrait faire office de label ("le Dufaux, comme le poulet fermier, est garantie de qualité"). La parution quasi simultanée de deux nouvelles séries signées par le maître (Niklos Koda chez Le Lombard et L'Impératrice Rouge chez Glénat) est une excellente raison, si tant est qu'il en fallait une, pour aller à sa rencontre.

Réflexe : Jean Dufaux, vous êtes l'un des scénaristes les plus appréciés des amateurs de bande dessinée mais votre nom est assez peu connu du grand public, comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Jean Dufaux :
Une partie de mon travail est appréciée par un public large mais je n'écris pas automatiquement pour tel ou tel public. Je me réserve toujours ce luxe d'écrire parfois des histoires plus difficiles, plus intimistes, même si je sais que les miracles existent peu et qu'on rencontre à ce moment-là très peu le grand public. Mais ça ne me gêne pas, parce que je crois qu'un auteur ne doit jamais être à l'affût du public, il doit penser d'abord égoïstement à lui : si un public vient à la rencontre, tant mieux, mais il ne doit surtout pas se trahir, être démagogue et vouloir plaire à tout prix pour vendre beaucoup. Jusqu'à présent, j'ai eu la chance d'écrire des histoires que j'ai eu envie d'écrire. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, ce n'est pas à moi d'en juger, mais ce sont des histoires qui sont écrites sincèrement.

Réflexe : Les histoires que vous racontez et votre style d'écriture sont plus proches de ce qu'on trouve en littérature qu'en BD. A quoi cela est-il dû ?

Jean Dufaux :
Je viens de deux carrières parallèles, à savoir l'écriture et le cinéma. A une certaine période de ma vie, au début des années 80, je me suis dit que le lieu de rencontre idéal entre l'image et le texte c'était la bande dessinée. Je n'ai jamais été déçu par cette approche. Je considère qu'une BD c'est un tout, comme un film, et donc que chaque partie doit être bonne : il faut une image forte, des couleurs et un éclairage forts, une bonne histoire... mais il faut aussi de bons textes. Si une BD c'est effectivement d'abord le dessin, l'image, qui est le côté sensuel de l'ouvrage, je considère que l'écriture en est partie prenante. On doit pouvoir détacher le texte de l'image. J'ai donc toujours fait très attention à l'écriture, autant qu'au découpage.

Réflexe : Les Etats-Unis servent de décor à plusieurs de vos séries (Dixie Road, Les Révoltés, Jessica Blandy, Fox...). On vous sent attiré par le passé récent de ce pays (des années 20 aux années 60). D'où vous vient cette attirance ?

Jean Dufaux :
Parce que cette époque est un mythe. Les Etats-Unis sont avant tout pour moi un cinéma et une littérature que j'ai beaucoup aimés. La France est le pays que j'ai sillonné quand j'étais enfant. A Paris, je me promène la tête baissée en pensant à autre chose : je ne vois même plus la ville, car je la respire naturellement. Alors que le mythe des Etats-Unis a longtemps perduré sans que je connaisse le pays.

J'ai une attirance très forte pour le cinéma américain des années 30, 40, 50, 70 et pour le roman américain. Je lis toujours beaucoup de romans américains. Je vois moins de films parce que j'ai moins de surprises qu'avant, surtout au niveau de la mise en scène. Mais c'est le mythe qui m'a intéressé. Et puis je suis allé voir derrière le mythe, derrière la toile si le pays correspondait à ce que je rêvais, à ce que j'avais lu ou vu, et j'ai eu la bonne surprise de trouver un pays tellement profond et tellement vaste qu'il y a des résonances partout de ces films et de ces livres. Le pays vibre à l'image de son mythe. Mes livres sont un hommage au mythe qui a bercé toute mon adolescence.

Réflexe : Dans Giacomo C., vous avez mis en scène un autre mythe : Casanova. Pourquoi avoir choisi ce personnage ?

Jean Dufaux :
Ce que j'écris c'est une part de vos fantasmes que je ne peux pas expliquer.
Mon oeuvre est une oeuvre globale, parcourue par quelques fils rouges. Je peux varier autour de deux ou trois idées fortes, des questions auxquelles je ne puis apporter de réponses. C'est pour ça que j'écris d'ailleurs... Je reste fixé sur certaines impressions de mon enfance qui m'ont imprégné très fort. Rome et Venise sont deux villes qui m'ont touché, qui m'ont perturbé profondément et j'ai trouvé dans le personnage de Casanova, et dans celui de Parmeno (son valet et son double), la représentation idéale de la ville. Même si le personnage de Giacomo C. est plus fort que la ville : Giacomo est un personnage qui pour moi pourrait vivre au vingtième siècle ; il court après l'argent, il court après les femmes, il court après le pouvoir...

Pour moi Giacomo C. c'est la personnification de la légèreté dans l'écriture et dans l'histoire. J'ai lu pour la première fois les mémoires de Casanova quand j'avais 20 ans, c'est un personnage qui suscitait immédiatement des images. Je sais qu'un sujet est bon quand l'image vient de suite, le nom du personnage, celui de la ville, de l'histoire et le titre de l'album. Si les noms ne viennent pas vite, par une impulsion intérieure, je sais que quelque chose cloche.

Réflexe : Vous travaillez en même temps sur un grand nombre de séries dont les ambiances et les décors sont complètement différents, comment faites-vous pour tout mener de front ?

Jean Dufaux :
J'ai la chance de ne jamais avoir eu de soucis de page blanche : je m'installe, j'écris. Ensuite j'ai un côté très pantouflard dans le sens où j'écris très régulièrement. J'en ai besoin pour me sentir bien. Ce qui fait que, sur la production que le public voit, j'ai toujours un semestre d'avance. Ce qui me permet, lorsque que je commence à travailler sur un Dixie Road ou un Giacomo C. par exemple, de m'immerger pendant un mois et de faire 20 ou 25 planches consacrées uniquement à la série, puis je passe à un autre sujet. J'y suis très attaché parce que ça me permet de garder une grande fraîcheur et de ne pas faire que du Fox ou du Jessica Blandy.

Chaque nouvelle série est un bain de fraîcheur. Et en même temps c'est presque toujours la même histoire quelque part... Les costumes et les décors changent, l'air de musique change mais pas la partition. Mes personnages sont tous des marginaux, ce sont tous des gens qui ont beaucoup de mal avec la société, qui en refusent certains jeux mais en même temps veulent y entrer.

Réflexe : Lorsque que le premier tome d'Ombres a paru les titres des 7 albums qui allaient suivre étaient déjà annoncés. Cela veut dire que l'histoire est déjà écrite ?

Jean Dufaux :
L'histoire générique est déjà inscrite : on part d'un vaisseau et on décline des albums à partir de celui-ci. L'histoire de ce vaisseau a été décrite en deux volumes. Maintenant il y a un objet qui en est sorti, un sablier, on racontera son histoire en deux volumes également, puis d'autres objets appartenant au vaisseau apparaîtront dans les cycles suivants.

Je n'ai pas de problème de souffle : écrire sur mille pages ne m'impressionne pas du tout. Le problème, c'est que je ne puis les écrire d'un bloc. La production d'un album veut que le lecteur aura toujours une année entre les parties de l'histoire. Cela me navre et je comprends la frustration du public. Je comprends aussi que cela morcelle l'histoire alors que sa richesse, si richesse il y a, ne peut se saisir que lorsque les huit volumes seront terminés. J'espère être suffisamment professionnel pour rendre chaque partie intéressante. Un bon symphoniste est quelqu'un qui respecte autant la partie que l'ensemble. De même, un scénariste de bande dessinée est quelqu'un qui doit toujours avoir un oeil sur la partie, un autre sur l'ensemble. Sinon ça boite.


 
 
Archives métiers
Numéro 1
Numéro 2
Numéro 3
Numéro 4
Numéro 5
Numéro 6
Numéro 7
Numéro 8
Numéro 9
Numéro 10
Numéro 11
Numéro 12
Numéro 13
Numéro 14
Numéro 15
Numéro 16
Numéro 17
Numero 18
Numéro 19
Numero 20
Numéro 21
Numéro 22
Janvier 2009
N°23
Février 2009
N°24
Mars 2009 N°25
Avril 2009 - N°26
Mai - Juin 2009
N°27
Juillet - octobre 2009 N°28
Novembre - décembre 2009 N°29
Janvier 2010 N°30
Février 2010 N°31
Mars 2010 N°32
Avril 2010 N°33
Mai 2010 N°34
Juin 2010 N°35
Septembre 2010
N°36
Janvier 2011 N°37
Septembre 2011 N°38
Octobre 2012
Novembre 2013
Janvier 2014
 
 
 

Ce site est géré par le CRIJ de Picardie
Vous pouvez nous contacter par courrier électronique ici ou aux adresses suivantes :
Accueil : CRIJ de Picardie - Espace DEWALLY - 80000 Amiens - Tél. : 06 45 53 73 62
Administration : CRIJ de Picardie - 50 rue Riolan - 80000 Amiens - Tél. : 03 22 50 02 70